Une nouvelle tempête de vent carabinée depuis 2 jours nous contraint à rester cloîtrés dans la Région toulousaine

mais j'ai la chance de profiter d'une cheminée (un poêle Godin, en fait)
qui permet de griller pommes ou saucisses ou encore des gaufres
et même -comme ici- de brûler les branches du pommier défunt
ou tout ce qui tombe sur l'Avenue bordée de platane en bout de rue pour allumer les bûches...

et avant que la pluie ne nous arrive,
profitons de ce début de congés pour faire un tour de jardin !

au pied du bouleau que nous devons faire couper,
ses racines prenant leur aise dans le potager,
la Rose de Noël (Héllébore pas si negra que sur le chemin du travail)
et les jonquilles qui pointent comme un peu partout dans les coins.

 

et même un oeillet préservé des fortes gelées
par de simples planches de cageot

Dans la plate-bande encore partiellement bêchée,
primevères et perce-neige

et le jasmin d'hiver qui orne la terrasse presque défleuri
mais qui fait encore le bonheur des bourdons,
tandis que le jasmin d'été, aux boutons vaillamment tenaces contre le gel
lutte maintenant contre les bourrasques !

En attendant que l'abricotier et le tout nouvel amandier du jardin
étoffent un peu leur floraison boostée par la douceur amenée par l'Autant
faisons quelques pas dans le Jardin Raymond VI du Musée des Abattoirs,
avec un système qui fleurit depuis Alternatiba,
sa ferme d'hydroponie


 


 autres infos ici, dans un quartier Nord, ou là,
ou encore ici et, pour un système plus strictement aquaponique

je vous laisse regarder tout cela,
pour arroser les salades et replacer leur abri
Car les pauvres épargnées par le froid
sont bien malmenées comme fèves & géranium odorant
par cette tempête !