Ma Perlinpinpinbox

23 juillet 2014

Vagues...

Ressac, clapotis, remous et reflets...

 

00011990 00011986  00012018

mais pour faire patienter une jeune maman qui reste à bercer sa petite,
tout là-haut dans le nord de l'Europe...
quelques couleurs marines

00011930 00011931

 

   modèle Ouvrages de dames
cotons perlés de Agnès

 

 

et pour renouveler le coussin en boutis de Mamipo qui n'en peut mais...

00011942 00011943

 00011948

 

00012020 00012020 00012020

Posté par giovinetta à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 juillet 2014

Semeurs d'espérance...

Pour que ruisselle l'abondance...

Une sublimation de la météo de l'instant, ce Psaume 64 ? alors que pluie, orages et grêle fondent sur nous...

Ainsi tu prépares la terre,
Tu arroses les sillons;
Tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
Tu bénis les semailles

 

00011809 00011811

Sur Ton passage ruisselle l'abondance,
les herbes de parent de troupeaux
Et les plaines se couvrent de blé.
Les collines débordent d'allégresse
ps.64 du 13 juillet

00011932 00011945 00012045

potimarrons pris d'allégresse et poussant en hauteur

 

      La nourriture partagée est également un thème qui prend bien dans nos quartiers, revivifiant le lien social...
certains plantent, arrosent, pincent, distribuent les fruits...
S'agacent de voir mieux pousser dans une vasque de béton oubliée que dans les planches entretenues du jardin (surtout des butternuts, qui n'ont pas voulu venir chez moi !)
D'autres imitent, organisant un coin de potager en bas de l'immeuble voisin, donnant envie aux suivants d'apporter qui une plante, une herbe, qui un conseil...

00011928 00012001  
vasques abandonnées aux 'nourritures partagées et disco-soupe
gratuites avec denrées invendues

L'été est aussi un temps pour se ressourcer, enrichir la réflexion à plusieurs...

00012003 - Copie 00012008

Festival de Thau 2014

 

00011999

Trop tard pour la projection du film "Il était une forêt"
mais vous pouvez retrouver la programmation des
Musiques du Monde ici

Posté par giovinetta à 21:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 juillet 2014

Encours été 2014 (1)

Entre les points de la petite matriochka
il m'a cependant fallu faire face à quelques urgences!

le col de chemise de mon Dh menaçait ruine
et impossible d'abandonner cette chemise.
Or les galons satinés, bien larges et recouvrants, boulochent vite
Cette fois, j'ai utilisé un biais...
le biais fantaisie repoussé (à la mode pourtant, même sur le bord des boutonnières chez un collègue)
fut remplacé par un beau biais grisé

00011614

Quelques sachets de lavande pour surprendre l'été en tournant la clé, la poignée d'une porte....
*première mouture non photographiée, avec les tissus Duval étoiles et cerises, mais la poste en a gardé   :(
*les autres réalisés avec transferts estivaux et le reste de rayures aux palmiers dont j'avais fait un drap de bébé pour une collègue...(merci à ceux et celles qui m'adresseront des photos de parasols et cabines de bain pour en faire d'autres, j'adore !)
certains sont partis parfumer les boîtes aux lettres de l'une ou l'autre, un reste à mon attache de sac et l'autre attend son heure...

00011630 00011672

 

et puis la fin du gilet rouge brique...
il me reste à rentrer les fils et border le col d'un point d'écrevisse.
Mais le trouvant trop court pour mon buste, je compte ajouter un volant.
ne trouvant pas l'idéale broderie anglaise un peu froncée, peut-être vais-je me décider pour un peu de dentelle assortie ?

d'autres idées ?
un bout qui traîne chez vous ? (bon, un tour de taille, tout de même...)

00011537 00011538

 

 

 

NB : finalement, après montage,je vais supprimer le rang de brides des côtés, une fois porté ce lin+coton se détend et est suffisamment large tel que prévu...
et les dimensions seront plus esthétiques compte-tenu de la longueur un peu restreinte du modèle.

00011687 00011689

 

00011691

00011692

 

Posté par giovinetta à 08:24 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juillet 2014

Des semailles jusqu'aux moissons....

Les agriculteurs ont du mourron à se faire cette année
Après les foins commencés cette année...Fin Avril dans la région toulousaine !
ce sont les moissons, blés bien entamée, colza surveillé de près contre la pourriture,
qu'il faut engranger, même les weekends...
et parfois en catastrophe avant l'orage !

Il y a 10 jours, en allant à une 'soirée blanche' qui s'est terminée sous la grêle
(la piscine de nos hôtes fumait sous la différence de température)

 00011650


ce fut à nouveau la grêle qui nous cueillit au retour d'une balade au Carla-Bayle, à l'orée de l'Ariège.
les moissonneuses qui pullulaient n'ont pas gagné la course....

00011755  

 

 

Alors, Van Gogh, auriez-vous eu cette idée des tournesols ?

00011764 00011768 00011765

 

 

 

 

Posté par giovinetta à 15:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 juillet 2014

En route vers Noël 2014 (6)

Avec les grèves de trains, j'ai pris du retard
le 25 Juin 2014, j'en étais là :

 

00011613

 

 

 

 

Depuis, comme la tortue, je me traîne, je me hâte avec lenteur,
je ahanne comme une vieille locomotive poussive, entre orages et excès de soleil,
genoux bloqués, gonflés parfois, piqués même et saucissonnés malgré la chaleur...
qui n'empêche pas cependant de transformer la récolte d'abricots en confitures...

Mais point après point, je peux cependant vous présenter ma poupette de Noël

 

00011678

Modèle Evelyne Begey
acquis à la Broderie au fil du temps
à Strasbourg en MArs dernier

00011679
coloris inversés entre bleu clair et bleu soutenu...

 

 

Je suppose que ces motifs brodés pourront être transformés en sachets ou pendouilles, ou encore cartes...
car souvent je n'ai pas l'idée avant d'entamer l'ouvrage
Et d'ailleurs, celui prévu en Juin, sera sans doute réalisé en Juillet

Alors au mois prochain !

pour les autres réalisatrices, vous pouvez regarder ici

Verveine et Lin, la Boîte à biscottes, albena, Noëlle

Posté par giovinetta à 20:37 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



27 juin 2014

Etude comparée N°2

Après l'essai de crème mousseline pour la Dacquoise
J'ai eu envie d'enfouir mes framboises dans une Crème Catalane,
Recette de Jordi Savall, gambiste célèbre à l'origine d'Hespérion XXI, recueillie par Philippe Beaussant

Faites bouillir un demi-litre de lait avec 1 pelure de citron et 1 gousse de vanille fendue en 2 ds le sens de la longueur. On peut ajouter de l'anis étoilé .
au 1er bouillon, retirez le lait du feu et laissez refroidir.
Pendant ce temps, battez 6 jaunes d'oeufs avec 150 grs de sucre et 20grs de maïzena.
mélangez avec le lait refroidi peu à peu, sans cesser de battre.
faites épaissir sur le feu en remuant avec 1 cuillère en bois.
Versez la dans un plat pour la caraméliser ensuite au fer rouge.
ou passez-la sous le grill et laissez refroidir.

évidemment, 6 jaunes d'oeufs, cela fait réfléchir....

donc deuxième essai pour un Sabayon au vin moelleux, en revisitant le blog de Rose and cook :

Mais oui, ça gonfle au-dessus de l'eau chaude !

00011598 sabayon 00011599

oups, même ça déborde, le temps de prendre la photo d'une main pendant que l'autre bat le mélange....

Ne pas zapper l'étape de la caramélisation, au fer ou bien au grill, pour raidir le dessus...
ou bien votre préparation redescendra quelques heures après, si elle n'est pas goulûment enfournée !

00011600sabayon framboises

 

Un dessert qui complètera à merveille les Lasagnes d'aubergine !

00011564 Lasagnes d'Aubergine

 

 

Posté par giovinetta à 18:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juin 2014

Heurtoirs (2) Lectoure et La Romieu

Toujours dans l'utilisation maximale des ponts du mois de MAi

La balade jusqu'à Lectoure, dans le Gers, recélait les traces d'un riche passé, avant la démonstration de la teinture au Pastel.
Le pourquoi de ces beaux heurtoirs, de ces portes ouvragées de motifs rectilignes ?
et même d'un bonnet phrygien surmontant du laurier, un carquois ?

C'est la ville d'un post-révolutionnaire, le courageux Maréchal Lannes, fait Duc de Montebello.
Une époque plutôt consulaire dont la Ville ce jour-là permettait de fréquenter l'exposition et le Palais, toutes portes ouvertes

Entrez donc !

Heurtoirs Lectoure 1

heurtoirs Lectoure 2

 

pour les détails, cliquez sur les petites photos

00011138 Lectoure0001114200011167 Lectoure révolutionnaire

 

 

 

 

Posté par giovinetta à 08:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juin 2014

Victor Hugo : Ode à Pan

00011524


...Partout où la nature est gracieuse et belle,
Où l'herbe s'épaissit pour le troupeau qui bêle,
Où le chevreau lascif mord le cytise en fleurs,
Où chante un pâtre assis sous une antique arcade,
Où la brise du soir fouette avec la cascade
Le rocher tout en pleurs ;

 

00011521
soja moissonnés le lendemain...

Partout où le couchant grandit l'ombre des chênes ;
Partout où les coteaux croisent leurs molles chaînes ;
Partout où sont des champs, des moissons, des cités ;
Partout ou pend un fruit à la branche épuisée ;
Partout où l'oiseau boit des gouttes de rosée,
Allez, voyez, chantez !....

0001140700011408


Enivrez vous de tout ! enivrez-vous, poètes,
Des gazons, des ruisseaux, des feuilles inquiètes,
Du voyageur de nuit dont on entend la voix ;
De ces premières fleurs dont février s'étonne ;
Des eaux, de l'air, des prés, et du bruit monotone
Que font les chariots qui passent dans les bois...

Contemplez du matin la pureté divine,
Quand la brume en flocons inonde la ravine ;
Quand le soleil, que cache à demi la forêt,
Montrant sur l'horizon sa rondeur échancrée,
Grandit comme ferait la coupole dorée
D'un palais d'orient dont on approcherait !


Enivrez-vous du soir ! à cette heure où, dans l'ombre,
Le paysage obscur, plein de formes sans nombre,
S'efface, des chemins et des fleuves rayé ;
Quand le mont, dont la tête à l'horizon s'élève,
Semble un géant couché qui regarde et qui rêve,
Sur son coude appuyé !

Si vous avez en vous, vivantes et pressées,
Un monde intérieur d'images, de pensées,
De sentiments, d'amour, d'ardente passion,
Pour féconder ce monde, échangez-le sans cesse
Avec l'autre univers visible qui vous presse !
Mêlez toute votre âme à la création !...

 

Flânerie poétique en cherchant l'introduction si agreste des Odes et Ballades d'Hugo
dont vous pourrez picorer à votre tour maints extraits sur le lien souligné
et bientôt : le Marathon des mots !


Autour de Toulouse, les foins sont faits,
les blés mûrissent, le soja fourragé en cours d'ensilage,
le coquelicot rougit les récoltes et l'orage a enfin empli le tonneau...
restent les moustiques...

 

 

Posté par giovinetta à 22:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juin 2014

la Dacquoise de la Fête des Pères (ou des voisins....)

Quelques poignées de fruits rouges ?

pas assez pour une tarte mais..... l'occasion d'essayer l'adaptation d'une des nombreuses recettes de dacquoises disponibles sur le web, sorte de meringue à la poudre d'amande.

00011535

Tout d'abord, confectionner la dacquoise :

*Sortir 3 oeufs
* Mélanger 90 gr d’amandes en poudre avec 90 gr de sucre glace ou semoule fin (perso 70 gr suffisent, trop sucré sinon)
*A part battre en neige 3 blancs (à température ambiante l’hiver mais vue la chaleur, les sortir pas trop à l’avance)
*Mélanger les deux préparations avec précaution
*Etaler en deux cercles sur un papier sulfurisé beurré sur une plaque allant aufour, 8 à 10 mn à 160°env, sans laisser brunir.
(perso, n’arrivant pas à me servir d’une poche à douille, je fais couler en rond la pâte et j’égalise à la cuiller de bois sans trop touiller pour ne pas faire tomber les blancs)

Pendant ce temps :

Préparer une crème mousseline càd pâtissière avec du beurre dedans :

* Faire bouillir ½ l  de lait avec de la vanille si l’on en a
* Battre les 3 jaunes avec 40 gr de sucre jsq ce que ça blanchisse

* ajouter 15gr de farine et 25 gr de maïzena ou fécule (pdt ou autre)
* Verser le lait chaud en filet sans cesser de remuer (pas tout le ½ l pour être sûr d’avoir une crème bien épaisse
)
* remettre sur le feu et cuire jsq épaississement
* Couper le feu et incorporer la moitié de 100gr de beurre (j'ai mis moins) en remuant vivement. Laisser tout à fait refroidir
* Au batteur incorporer le reste du beurre en copeaux pour alléger la texture.

 *Mettre qq framboises autour du cercle de dacquoise, éventuellement avec un cercle de rhodoïd ou papier sulfurisé autour
* étaler la crème mousseline
* Enfoncer le reste des framboises et réserver au froid avant de déguster

Ayant déjà pour un anniversaire confectionné la vraie dacquoise avec ses 2 cercles sur et sous les framboises, j'ai préféré cette fois prévoir un plus grand cercle pour le dîner et réserver un petit pour une autre occasion (repas de travail), mais vous pouvez tout aussi bien utiliser cette quantité de blancs pour un seul cercle moyen plus épais, la meringue s'affaissant un peu en refroidissant.
Je pense d'ailleurs essayer pour la prochaine fournée d'enfoncer mes framboises dans une crème catalane pour changer...

Bon Dimanche !

autres plats partagés le weekend dernier en séjour de randonnée :

Petite

Posté par giovinetta à 10:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2014

Confidences...

           La plupart des gens tombent amoureux d'une personne en la voyant...


Moi l'amour m'a pris en traître, Annie n'était pas là quand elle s'est installée dans ma vie; c'était l'année de mes douze ans, Annie avait deux ans de moins que moi. J'ai commencé par l'aimer comme un enfant, c'est-à dire en présence des autres...J'aimais pour aimer, non pas pour être aimé...
Le seul fait de passer devant Annie suffisait à me mettre en joie. Je lui volais ses rubans pour qu'elle me courre après et qu'elle me les arrache des mains, sèchement, avant de tourner les talons, sèchement. Il n'y a rien de plus sec qu'une petite fille vexée.
C'étaient ces bouts de tissu qu'elle rajustait maladroitement dans ses cheveux qui m'avaient fait les premiers penser aux poupées du magasin...

Hélène Grémillon -Le confident 2010-

 

00011364
Poupées anciennes en partance chez des collectionneuses

 

Ma mère tenait la mercerie du village. Après l'école, nous nous y rendions tous les deux, moi pour rejoindre ma mère, Annie pour rejoindre la sienne qui y passait la moitié de sa vie, la moitié qu'elle ne passait pas à coudre.
Un jour où Annie passait sous l'étagère des poupées, la ressemblance me frappa soudain. Outre les rubans, elle en avait le même teint sauvagement blanc et fragile. Mon jeune raisonnement s'emporta alors et je remarquai que je n'avais jamais vu de sa peau
plus que ce que son cou, son visage, ses pieds et ses mains ne m'en offraient. E-xac-te-ment comme pour les poupées de porcelaine !

00011363
mini-Corolle neuve pour deux poupettes réelles

Toute ressemblance étant réciproque, les poupées de porcelaine me faisaient penser à Annie, alors je les volais. Mais une fois à l'abri dans ma chambre j'étais immanquablement frappé par leurs cheveux trop bouclés ou trop raides, leurs yeux trop ronds, trop verts, et jamais [elles n'avaient] ces longs cils qu'Annie rehaussait de son index quand elle réfléchissait....

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*

         C'est comme ça que j'ai annoncé ma grossesse à maman ; elle s'était assise de surprise. Nous n'en avions pas parlé ensemble avant et elle imaginait que je ne voulais pas d'enfant. Elle était abasourdie.
Bien sûr, j'ai toujours voulu un enfant, je n'avais simplement pas trouvé le bon type et, là, je croyais l'avoir trouvé mais je suis tombée enceinte avant de savoir s'il était d'accord et le soir où j'ai voulu le lui dire, il m'a coupé l'herbe sous le pied en m'annonçant que son frère venait d'avoir un bébé et qu'il n'aimerait pas être à sa place, lui ne se sentait pas prêt du tout, mais pas du tout.
Je n'ai pas pu lui dire, bien sûr, mais j'ai bien réfléchi et quoi qu'il en pense, je le garde ce bébé, je m'en fiche, j'ai trente-cinq ans, la nature ne va pas m'attendre.
        Maman m'avait dit qu'elle comprenait. Je lui avais dit qu'elle ferait une grand-mère merveileuse. Elle m'avait répondu "sûrement". Et puis elle avait ajouté que c'était bien d'avoir un enfant, mais que c'était encore mieux de l'avoir à deux....

         C'est en repensant à la solennité étrange avec laquelle maman avait prononcé cette phrase que je me suis promis de décrocher la prochaine fois que Nicolas essaierait de me joindre. Je devais lui parler.

 

         Un livre prenant, à quatre voix, dont malgré les graphismes choisis on ne sait parfois qui parle, obligeant à des aller-retours entre l'histoire actuelle d'une éditrice et la vie d'une famille dans les prémices de la deuxième guerre mondiale. Affèterie d'un écrivain en puissance ? Conte onirique ?Manipulation ou chagrin authentique ?
Le suspense est total et pour un premier roman, l'écriture haletante, quasi logorrhéique, révèle une maîtrise de la langue, de l'écriture, une précision des statuts de la femme et de la maternité, des conventions et de la description psychologique du point de vue de chaque personnage qui font peiner à lâcher ce livre.

 
Ouvrage d'Avril parti en Vendée pour une presque 'grande' de 5 ans
à allonger d'un tissu de coton assemblé sous la poitrine,
réminiscence d'un vichy vert dans l'enfance de ma fille...

 

Posté par giovinetta à 07:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,



Fin »